Le Maitre du jeu - Auteur Jean-Paul Robert

Aller au contenu
Couverture Le maître du jeu
  • Geste Editions (28 mai 2020)
  • Broché : 215 pages
  • ISBN-13 : 979-1035307042
  • 13,90€
  •                
Présentation de l'éditeur :
Un antiquaire est retrouvé mort, dans d’étranges circonstances, peu après sa libération conditionnelle. C'est le début d’une série d’événements dramatiques dont Paul Delaurier va être la cible.
S’agit-il d’une résurgence de l’affaire qui avait coûté la vie à son père deux ans plus tôt, ou d’autre chose ?
Alors que l’enquête piétine entre Tours et Chinon, Une amie de Paul va commettre l’irréparable en provoquant l’homme qui sert d’intermédiaire à ses mystérieux agresseurs.
Mais qui est le Maître de ce jeu mortel dont les règles échappent aux enquêteurs ? Que viennent faire ici les Templiers prisonniers à Chinon sous Philippe Le Bel ? Ou encore la devise de l’abbaye de Thélème selon Rabelais : Fais ce que tu voudras ?
Sur fond d’histoire, l’auteur nous propose, avec ce roman, une enquête pleine de rythme et de rebondissements doublée d’une troublante plongée dans l’univers des sociétés secrètes.
  
Ouvrage préfacé par Bruno Dufaÿ, ancien directeur de fouilles de la forteresse royale et chef du service de l'archéologie d'Indre-et-Loire


EXTRAIT
L’homme s’arrêta pour reprendre son souffle. Il s’appuya d’une main contre un chêne et lâcha la sacoche qu’il tenait de l’autre pour s’enfoncer le poing dans le côté, écartant le blouson qui semblait flotter autour de lui. Râpé aux coudes, taché, éraflé sur un côté, son col et celui de la chemise laissaient deviner des taches de sang frais. Sa main glissa vers son genou droit, faisant apparaître un pan de chemise échappé de son pantalon tirebouchonné. La chute avait ravivé une vieille douleur oubliée, un ménisque un peu fragile. Maigre, le teint pâle, il avait les yeux enfoncés dans leurs orbites. Des yeux clairs, délavés, comme usés par le temps et les excès. Il scruta les alentours, écouta les bruits. Seuls ceux de la route, loin derrière, lui parvenaient, assourdis par la distance et les habitations qui avaient poussé un peu comme des champignons.
...
Mal nourrie par un sol peu profond et saturé de calcaire, la végétation environnante était basse, faite de ronciers et d’arbustes noueux, de lierre et de clématites sauvages aussi envahissantes que des lianes tropicales, de troncs abattus, à demi pourris, rongés par les mousses. Quelques arbres maigrelets parvenaient ici et là à émerger de ce fatras. Leurs racines plongeaient peut-être dans les nombreuses caves qui minaient le sous-sol des alentours.


Jean-Paul Robert - Mai 2021
Retourner au contenu