La fille qui fredonnait - Auteur Jean-Paul Robert

Aller au contenu
Couverture Du rouge sang aux caves painctes
  • Geste Éditions (7 mars 2019)
  • 288 pages
  • Broché et Numérique
  • 12,90€
  •                
Présentation de l'éditeur :
Les rues de la petite ville résonnent de mille bruits, les étals se  mettent en place, les tenues médiévales sortent des placards pour deux  jours de fête. Pour le lieutenant Georges, pour Patricia la jeune  enquêtrice et pour son protecteur géant, Gendron, la journée commence  mal. Les cadavres d’une femme et de son violeur vont mobiliser  leurs forces à un moment où la sécurité de la foule requiert toute leur  attention. Faut-il interdire la manifestation, comme le pense le préfet ?  La maintenir, comme le veut le maire ?
Lorsque le violeur s’avère être proche de l’un des trois gendarmes, l’enquête est sur le point de dérailler.
Au  cours d’une fête très rabelaisienne, des destins se croisent ou  s’entrechoquent, des couples se font ou se défont, des jalousies  s’exacerbent. On chante, on boit, on rit, mais les passions humaines se  jouent des apparences et la violence des sentiments est une maîtresse  implacable. Qui seront les prochaines victimes ?
EXTRAIT
La petite rue mal goudronnée se rétrécissait encore  lorsqu’ils passèrent, un peu plus loin, devant un terrain abandonné  entouré de murs à demi effondrés. Des senteurs d’herbe fraîchement  coupée, et chauffée par le soleil de la veille s’accrochaient aux vieux  murs malgré les pluies torrentielles de la journée. Ils les humèrent  avec délice.
— On dirait de la luzerne, osa Jack.
Il s’en approcha, franchit à demi le passage qui servait autrefois d’entrée.
— Il reste encore des terrains comme ceux-ci tout près des maisons et du centre-ville ? S’étonna-t-il.
— Oui, de vieux abris, des jardins abandonnés et quelques caves effondrées.
— Oh, vous avez vu, là vers le fond ?
— Non, c’est trop sombre. Qu’est-ce qu’il y a ?
Elle  s’approcha, prit la main qu’il lui tendait et suivit le bras qui  l’attirait lentement vers le buste de son accompagnateur. Il se tourna  vers elle en souriant. À peine surprise, elle lui rendit son sourire  tandis qu’il approchait son visage du sien. Elle se recula en sentant  l’herbe humide sous ses chaussures :
— C’est mouillé. Mais on  pourrait prendre un verre chez moi, reprit-elle après une courte  hésitation. Ma coloc doit dormir. Si on ne parle pas trop fort…
Surpris  par sa réaction et ce refus auquel il ne s’attendait pas, il s’arrêta,  le front plissé. Ce n’était pas possible, pas comme ça. Et surtout pas  avec quelqu’un dans la chambre d’à côté. Pourquoi ne lui avait-elle pas  parlé de sa colocataire cette idiote ? Dans son état, sûr de rien…
Il lâcha la main de Nadia et lui saisit le poignet en l’attirant plus sèchement vers lui.
— Mais vous êtes fou, vous me faites mal !
— Ta gueule, connasse ! répliqua-t-il à voix basse tandis que sa main gauche la giflait violemment.
Jean-Paul Robert - Mai 2021
Retourner au contenu